Archive mensuelle de mai 2011

LE RETOUR DE TRAN ANH HUNG…

L’article d’Olivier Delcroix pour Le Figaro :

bc00915c762f11e09cfc910e8f70969e.jpg

Kenichi Matsuyama incarne Toru Watanabé, l’un des membres du trio amoureux de La Ballade de l’impossible. Un film singulier et magique à la mise en scène délicate et maîtrisée.

Tran Anh Hung, cinéaste de L’Odeur de la papaye verte, réalise La Ballade de l’impossible, la première adaptation au cinéma d’un roman de Haruki Murakami. 

Il avait disparu depuis onze ans. Tran Anh Hung, réalisateur de L’Odeur de la papaye verte (caméra d’or à Cannes en 1993) ou de Cyclo (lion d’or à Venise en 1995) revient de loin. Français d’origine vietnamienne, il signe, à 49 ans, une délicate et fidèle adaptation du best-seller de Murakami La Ballade de l’impossible. Sorti en décembre au Japon et dans plusieurs pays européens, le film a reçu un accueil enthousiaste. Le discret et trop rare cinéaste (auteur de quatre films en vingt ans !) explique sans fard les raisons d’une aussi longue absence. Cela valait la peine d’attendre. Sa Ballade de l’impossible a la même rigueur et la même poésie qu’In the Mood for Love

LE FIGARO. – Qu’est-ce qui vous a poussé à adapter La Ballade de l’impossibl e?

TRAN ANH HUNG. - C’est simple. Ce livre m’a profondément touché. Je me souviens de l’avoir lu en 1994, à Paris. À l’époque, je lisais toute la littérature japonaise traduite en français. Quand j’ai découvert La Ballade de l’impossible, j’ai entretenu avec le roman de Murakami une relation très intime.

Pourquoi s’est-il écoulé autant de temps avant que vous ne l’adaptiez?

J’ignorais que Murakami lui-même ne souhaitait pas qu’on adapte ses romans ! Et puis, il y a cinq ans, tout s’est débloqué. C’est ainsi que j’ai rencontré Haruki Murakami.

Comment s’est déroulée la rencontre?

Une douzaine de personnes de la production m’ont littéralement «préparé» à cette rencontre. À la japonaise. Mais lui ne m’a posé que deux questions: quel est le budget du film? Pourrait-il relire le scénario ? Un an plus tard, je lui ai envoyé mon scénario. Il me l’a renvoyé griffé de notes très généreuses. Ensuite, il m’a dit: «Fais ce que tu veux.»

Comme dans vos précédents films, chacun de vos plans semble réfléchi, presque d’une manière picturale. Est-ce conscient?

Non, il n’y a chez moi aucune part de calcul. Mon travail sur l’image est purement intuitif. C’est souvent à force de discussion que l’on arrive au bon mouvement de caméra. Il s’agit d’une gymnastique intérieure de ma part. Je ne commence à tourner que si je sens parfaitement le rythme musical de la scène. Mais il y a des jours où je pleure quand rien ne fonc­tionne ! J’appelle mon chef opérateur et je pleure sur son épaule, jusqu’à ce que les choses s’éclaircissent dans ma tête.

Comment avez-vous pu intégrer dans le film la chanson des Beatles Norvegian Wood?

C’est un petit miracle. Nous ne pensions pas obtenir l’autorisation de l’utiliser. J’ai mis la chanson sur une scène de film pour voir ce que cela donnerait. Les producteurs ont adoré et ils se sont battus pour avoir les droits. La chanson résume parfaitement l’atmosphère nostalgique et mélancolique du film.

Pourquoi avez-vous disparu si longtemps?

Mon dernier film, À la verticale de l’été, est sorti en 2000. Cela fait onze ans déjà. Ces choses-là sont bizarres. Je ne suis pas un cinéaste commercial. Tous mes projets sont tombés à l’eau…

Comment l’avez-vous vécu?

Pas bien. Comme disent les vieilles personnes: «Oh ! Je fais aller.»

Des projets?

Pour la première fois, je m’attelle à un film français. On verra bien si cela aboutit…

L’accueil chaleureux réservé à La Ballade de l’impossible à l’étranger vous a-t-il rassuré?

Non ! (Rires) Je suis un inquiet, mais cette inquiétude est positive. J’en ai besoin pour avancer.

CRITIQUE VIDÉO – Une romance envoûtante :

Image de prévisualisation YouTube

Un merci à Chinois made in France

http://www.lefigaro.fr/cinema/2011/05/04/03002-20110504ARTFIG00414-l-amour-en-fuite.php

04/05/11




jean's blog |
Agrocarburants, un réel inv... |
Un pékin dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Salles la Source - le lien -
| découvrir la nouvelle
| des sujets et des opinions