Archive pour la Catégorie 'Actualités'

Page 2 sur 8

« L’ASIATIQUE » ET « LA DIVERSITE »…

 

Le coup de gueule de Marc Cheb Sun, directeur de la rédaction de Respect mag :

« Ce jour-là un important Groupe du Service Public réunit à l’Unesco (quand même !) une tribune conséquente (pas moins de 11 participants) pour disserter place des minorités devant un public attentif et nombreux. On arrive, on s’installe, la tribune est encore vide, le présentateur attend, sourire aux lèvres. Jusque-là tout va bien. Mot de bienvenue (normal), remerciements. Introduction de la thématique : comment représenter chacun (et chacune bien sûr, mais là c’est moi qui interprète).

Place aux conférenciers : patrons de médias, journalistes, citoyens engagés, sociologues, 11 à se presser sur la petite estrade. Aujourd’hui on affiche la diversité, donc, sur le podium, tous sont noirs et arabes. Mon voisin, asiatique, fait grise mine : il devra attendre un autre colloque. Ils sont tous là? Oui, tous, on peut commencer. Mais, tout d’un coup, apparaît un problème à certains dans la salle (et surtout certaines)… Euh, y’a comme une erreur, un oubli (?), quelque chose d’absurde, vous voyez? Non? Vraiment pas? Cherchez bien… 11 costumes, 11 cravates (bon en version décontract’ aussi), 11 caleçons, 11 mecs, 11 keums, 11 messieurs, 11 bonhommes… 11 hommes quoi ! 11 sur… 11. Ils se saluent, se sourient, se congratulent, se contredisent, « s’entrecomplètent ».. « J’aime moyennement le mot diversité » nuance l’un d’entre eux, « je préfèrerais… »

Là, une femme lève la main (quelques quinquas dans la salle ont une pensée émue pour le MLF qui aurait, il y a 30 ans, torpillé l’estrade). Donc la dame lève la main. Généreusement, l’animateur lui donne la parole. « Je trouve étrange d’entendre parler diversité à la tribune avec seulement la moitié du monde représentée » (Mao disait « moitié du ciel », paix à son âme). Chuchotements dans la salle. Et là, une deuxième femme lève timidement la main. « Euh, moi, j’étais prévue. D’ailleurs je suis sur le programme (bruit de papiers froissés : tout le monde vérifie). Mais… on m’a oubliée ».

Et après quelques plates excuses, le fil reprend! Ces messieurs continuent comme si de rien n’était. Mon voisin asiatique regarde la dame avec un sourire solidaire. Le colloque se poursuivra. A l’accueil, tout le monde est content. Place aux petits fours. « Les choses progressent, quand même » commente un invité à l’hôteSSE. Oui, c’est sûr… Et une coupe de champagne, ça aide toujours! « 

Tribune parue sur Auféminin.com

http://www.respectmag.com/2010/11/10/la-recherche-de-nouveaux-hommes-4514

10/11/10

G2 : RAP BATTLE HU JINTAO VS BARAK OBAMA…

Image de prévisualisation YouTube

10/11/10

VICTOIRE PAR L’INSTRUCTION DES ENFANTS D’ASIATIQUES…

lesenfantsdasiatiques.jpg

Pour les chercheurs, la culture d’origine, la valorisation de la réussite, ou encore la calligraphie semblent contribuer au succès des enfants d’Asiatiques. (Crédits photo: Patrick Bernard/AFP)

 » Dis-moi qui sont tes parents, je prédirai ton destin, semble dire l’enquête Trajectoire et Origines (TEO), qui s’appuie sur un large échantillon d’immigrés et d’enfants d’immigrés. Les statistiques présentées ce mardi par l’Ined sont implacables. Les enfants d’Asiatiques connaissent une éclatante réussite scolaire. La moitié des femmes descendantes d’Asiatiques (entre 18 et 50 ans) sont diplômées du supérieur contre 37% pour l’ensemble des Françaises. Les hommes survolent également les classements, avec près de 47% de diplômés du supérieur.

Aux États-Unis, les chercheurs analysent les performances des Sino-Américains depuis des années. La culture d’origine, la valorisation de la réussite, notamment financière, ou encore la calligraphie semblent contribuer à leur rayonnement, selon Peter Kwong, professeur à l’université de Hunter, à New York. En France, les démographes se penchent tout juste sur la réussite des enfants de Vietnamiens, Laotiens, Cambodgiens, de Chinois… Ils semblent échapper au déclassement souvent subi par leurs parents.

Car la migration a son cycle, observé dans tous les pays: la première génération peine à valoriser ses diplômes, perd en statut social. Les enfants rattrapent la société d’accueil. La troisième génération émerge vraiment. »

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/10/19/01016-20101019ARTFIG00648-la-formidable-reussite-scolaire-des-enfants-d-asiatiques.php

20/10/10

LA HAINE DU POKEMON…

 

« Dans le RER « A » comme « affligeant », même topo, mais souffre-douleur différent. Cette fois, c’est à un jeune homme d’origine asiatique qu’un usager s’en est pris. Le jeune homme était assis sur un strapontin quand une femme lui lance violemment : « Hey ! Le Pokémon, lève-toi ». « C’est à moi que vous parlez ? », demande, interloquée, la personne prise à partie. Pour toute réponse, elle obtient : « Je devrais te cracher dessus ! » Le tout dans l’indifférence générale. « 

Source

Observé par Chinois made in France.

21/10/10

HONGYAN PI, LA REFERENCE DU BADMINGTON FRANCAIS…

hongyanpi.jpg

A quelques jours du coup d’envoi des championnats du monde de badminton, qui pour la première fois se déroulent à Paris, la meilleure chance de médaille tricolore et actuelle n°5 mondiale, Hongyan Pi, est impatiente à l’idée de se frotter aux meilleures spécialistes du genre. [...] Je vis ici, à Paris, et joue avec l’équipe de France depuis longtemps (2003, ndlr). Je suis très fière de pouvoir jouer sous les couleurs de la France. [...]L’objectif est d’aller chercher une médaille.

Vous avez une revanche à prendre aussi après les Jeux Olympiques de 2008 (battue en quarts de finale par Zhang Ning, la futur lauréate du tournoi et tenante du titre, sur le score 21-19 au troisième set, ndlr) ?
J’étais bien préparée pour cette compétition, mais j’ai mal joué en quart de finale. La fille qui m’avait battue à Beijing a arrêté depuis.

Vous pensez le titre accessible ?
Les adversaires ont changé, les anciennes ne sont plus là. C’est vrai que les Chinoises restent très jeunes et que la Danoise Rasmussen est très forte. Tout dépendra de moi. [...]

Vous ressentez cette impression d’être le fer de lance du badminton français ?
Aujourd’hui, il manque des professionnels et des têtes d’affiches. Brice (Leverdez, n°1 français, ndlr) et Matthieu (Lo Ying Ping, ndlr) ont beaucoup progressé, et je pense que des jeunes arrivent et sont assez remarquables. Il y a un bel avenir. Il faut garder cette bonne base. Le badminton est très peu médiatisé en France à l’inverse du continent asiatique. Paris organise ces championnats, c’est bien pour la communication et la presse. Cela peut permettre d’attirer de nouveaux licenciés malgré le manque de connaissances du haut niveau.

Qu’en est-il justement à propos de ce public français ?
Les Français ont une image pas très professionnelle du badminton. Ils le voient plus comme un sport de loisir. Ce sont surtout les licenciés qui assistent aux matches. Beaucoup de places ont été vendues pour ces championnats et c’est bien pour notre sport. Le public voit bien le jeu, il appréciera la vitesse grâce à la proximité des gradins. La présence de la télévision serait bien pour diffuser les matches à tout le monde (Eurosport est le diffuseur officiel de la compétition, ndlr). Le badminton manque de diffuseurs en France.

En quoi le public français est-il différent du public asiatique ?
Le public français soutient tout le monde. Là-bas, les Asiatiques supportent beaucoup plus leurs joueurs, et rendent donc la tâche des visiteurs beaucoup plus difficile.

Source : sports.fr

20/08/10

VUE SUR LE NET, LES MEDIAS FRANCAIS…

Vous pouvez placer ici, en commentaire, des articles ou des morceaux d’articles
(avec leurs liens) qui vous apparaissent intéressants pour ce blog.

Ils  resteront visibles tels que vous les aurez présentés,
et pourront éventuellement être traités pour générer une publication.

Bonne journée…

Made in France…

Derniers commentaires :

Pour 2014, un hôtel en France interdit aux touristes chinois…

http://madeinfrance.unblog.fr/2010/08/20/vue-sur-le-net-les-medias-francais/comment-page-8/#comment-3830

2 FRANCAIS LAUREATS DE LA MEDAILLE FIELDS…

ngobaochau.jpg 

 cdricvillani.jpg

La médaille Fields, considérée comme le « Nobel des mathématiques », a été décernée aujourd’hui à deux Français Cédric Villani et Ngo Bao Chau, d’origine vietnamienne, ainsi qu’à l’Israélien Elon Lindenstrauss et au Russo-suédois Stanislav Smirnov, selon les organisateurs.

 Les prix ont été remis aux lauréats par le président indien Pratibha Patil à l’ouverture du Congrès international des mathématiciens (CIM) 2010 qui doit réunir plus de 3.000 mathématiciens du monde entier à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 27 août à Hyderabad, dans le sud de l’Inde.

L’Union Mathématique Internationale (IMU) décerne la médaille Fields, une distinction très prisée, tous les quatre ans depuis 1936, à plusieurs mathématiciens ayant moins de 40 ans au début de l’année concernée, à l’occasion du CIM.

Cédric Villani, 36 ans, directeur de l’Institut Henri Poincaré (IHP) à Paris depuis juillet 2009 et professeur à l’Ecole normale supérieure de Lyon, est récompensé pour des travaux portant notamment sur « l’amortissement de Landau » et l’équation de Boltzmann, physicien et mathématicien autrichien de la fin du 19e siècle.

M. Villani, qui considère sa récompense comme « un encouragement à poursuivre », à « continuer d’explorer » différentes voies des mathématiques, a cherché à comprendre plus finement le comportement de gaz ou de plasmas. « Il s’agit d’être mieux armés pour, par exemple, programmer des simulations sur ordinateur de ces équations ».

Ngo Bao Chau, 38 ans, né en 1972 à Hanoi et naturalisé français en 2010, qui enseigne à l’université de Paris-Sud, a reçu la médaille Fields pour sa démonstration, en 2008, du « Lemme fondamental », une conjecture formulée en 1987.Récemment vérifiée par les experts du domaine, cette démonstration de plus de 150 pages a été citée en décembre dernier dans le magazine Times « comme l’une des dix plus belles découvertes scientifiques de l’année », rappelle l’université de Paris-Sud dans un communiqué.

[ Complément d’information  issu de la page Wikipédia de Ngô Bào Châu :
Il devient membre du CNRS à l’Université Paris-Sud de 1998 à 2005. Il y soutient son habilitation à diriger des recherches (HDR) en 2003.En 2004, Ngô Bào Châu et Gérard Laumon ont reçu le Clay Research Award pour leur preuve du lemme fondamental pour les groupes unitaires. En 2008, Châu a annoncé une preuve du lemme fondamental pour les algèbres de Lie.Avec ces succès, Châu est devenu le plus jeune professeur au Vietnam. En 2010, il travaille à l’Institute for Advanced Study de Princeton, et il accepte un poste de professeur en mathématiques à l’Université de Chicago à partir du mois de septembre. ]

Ce palmarès 2010 porte à 11 le nombre de lauréats français sur les 52 médailles Fields décernées depuis 1936, ce qui « conforte le deuxième rang mondial de la recherche mathématique française », se sont félicités plusieurs organismes de recherche français (CNRS, ENS, UPMC).

Source : Le Figaro

Merci à Kithy

19/08/10

LE FUTUR DE L’ECONOMIE ASIATIQUE…

 

Les pays asiatiques vont connaître « une croissance plutôt rapide » au cours des deux prochaines décennies, l’Indonésie et le Vietnam émergeant comme les deux nouvelles vedettes derrière la Chine et l’Inde, a prédit mardi le président de la banque britannique HSBC, Stephen Green.

  »L’Asie, ce n’est pas que la Chine ou l’Inde », a noté lors d’une réunion de presse le patron du géant bancaire, dont le nom est l’acronyme de « Hong Kong and Shanghai Banking Corporation », et qui vient d’installer son directeur général Michael Geoghegan à Hong Kong.

M. Green a encouragé à « regarder du côté de l’Indonésie et du Vietnam », outre la Corée du sud, notant aussi au passage que « le Bangladesh est en train de devenir de plus en plus intéressant ». « L’orient est en train de rattraper ses homologues occidentaux », a ajouté M. Green, notant que « l’époque était révolue où un petit nombre de pays riches représentant au maximum 10% de la population mondiale produisaient et consommaient 40 à 50% de la richesse mondiale ».

Interrogé sur la performance prévisible de l’Asie au cours des vingt prochaines années, M. Green a estimé que le continent « allait continuer à croître à vitesse assez rapide: je pense que l’évolution du centre de gravité de l’ouest vers l’est n’a fait que s’accélérer avec la crise financière, et je pense que ce mouvement va continuer durant encore au moins la prochaine génération ».

M. Green a prédit que l’Indonésie et le Vietnam allaient rejoindre le groupe des BRICs, les grands émergents, actuellement constitué du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine. Il a noté aussi que le Brésil était également « sur la voie d’une très forte croissance, très liée bien sûr à ce qui se passe en Asie », en raison de la soif de celle-ci pour les matières premières brésiliennes.

Paris, 7 juillet 2010 (AFP)

Source : Vietnam et Indonesie, futures stars de l’économie asiatique

07/07/10

INTERVIEW DE LA CREATRICE D’HELLO KITTY PRESENTE A JAPAN EXPO…

http://www.dailymotion.com/video/xdvy28

01/07/10

Shimizu Yûko est une designer japonaise née le 1 novembre 1946 dans la préfecture de Chiba. En 1974, après avoir été diplômée de l’université d’Art de Musashino, elle entre dans la compagnie japonaise Sanrio et crée pour le compte de l’entreprise le célèbre personnage d’Hello Kitty ainsi que les peronnages Happiness Balloon, Koro-chan et Honey-chan. Deux ans plus tard, elle quitte Sanrio et se lance en freelance. Il faudra attendre cependant l’année 2002 pour la voir créer un nouveau personnage à l’identité forte, Angel Cat Sugar. Fin 2005, elle créé son dernier personnage en date, celui-là même qui sera présentée à Japan Expo, Rebecca Bonbon.

© 2009 YUKO SHIMIZU/ TACT.C.INC.

« Rebecca Bonbon est un adorable bouledogue français, une fashion victim parisienne qui vit dans un luxueux appartement à New York, avec vue sur Central Park. Rebecca a une vie de rêve, passant ses journées à montrer ses tenues chic au gré de ses promenades dans le parc, à faire du shopping et à pique-niquer avec ses amis. Rebecca aime tout ce qui est sucré et surtout les bonbons, et voilà comment elle a reçu le mignon surnom de Rebecca Bonbon. Chaque jour, la page Facebook de Rebecca compte de plus en plus de fans dans le monde entier, qui ne peuvent résister à son style et à sa personnalité. »

Source

LES JAPONAIS AIMENT LE JAPON…

Même une cruelle élimination aux tirs au but n’a pas fait pleurer les supporteurs japonais. Les quelques milliers de Nippons installés dans les tribunes du Loftus Versfeld Stadium de Pretoria n’ont pas regretté une seule seconde le long voyage jusqu’en Afrique du Sud. Et tant pis si ce 8e de finale contre le Paraguay a probablement été le plus vilain match depuis le début de la Coupe du monde.

L’idée qu’il s’agissait aussi d’un jour historique pour le Paraguay, qualifié pour la première fois de son histoire pour un quart de finale mondial, ne les a pas non plus effleurés.
« Notre équipe s’incline avec les honneurs sans encaisser de but, s’enthousiasme Naoya, venu de Tokyo avec deux amis. Dans notre pays, la Coupe du monde est le plus grand événement de l’année. C’est un honneur d’être là ! Cela n’a pas de prix. » Si, quand même : le voyage a coûté à Naoya plus de 16 000 € pour voir les quatre matchs du Japon… « Moi, c’est carrément 18 000 €, sourit Keiji. Les Japonais sont prêts à mettre beaucoup d’argent pour venir. Nous voulons les meilleurs hôtels et seulement des billets en catégorie 1, la plus chère. » « Cela me coûte cher, renchérit Shinji. Mais quand je vois les prestations de Keisuke Honda (NDLR : le meilleur joueur japonais), je me dis que le Japon est capable, lui aussi, d’avoir des grands joueurs. »
Dans les rues de Pretoria, deux heures avant le match, les supporteurs japonais ont fait la joie des photographes professionnels et amateurs. Sourires presque tatoués sur les lèvres, ils affichent un bonheur contagieux. En 1998, ils avaient surpris la France avec leurs petits sacs en plastique dans lesquels ils ramassaient sagement leurs déchets avant de quitter le stade. Douze ans plus tard, ils ont appris la fantaisie.
Beaucoup arborent des déguisements, masques de Bouddha… « On s’amuse, mais cela ne veut pas dire que le Japon veut faire rire les gens, explique Yuji. Un jour, nous gagnerons le Mondial. On progresse tellement que cela arrivera dans moins de quinze ans. »

PARAGUAY – JAPON 0-0 (5 t.a.b. à 3)
Spectateurs :
36 742.
Arbitre : M. De Bleeckere (Bel).
Avertissements. Paraguay : Riveros (118e). Japon : Matsui (58e), Nagatomo (72e), Honda (90e + 3), Endo (113e).
Paraguay : Justo Villar (cap.) – Bonet, Da Silva, Alcaraz, Morel – Ortigoza (E. Barreto, 75e) – Santa Cruz (Cardozo, 94e), Vera, Riveros, Benitez (Nelson Valdez, 60e) – Barrios. Entr. : Martino.
Japon : Kawashima – Nagatomo, Nakazawa, Tanaka, Komano – Abe (K. Nakamura, 81e) – Hasebe (cap.), Matsui (Okazaki, 65e), Endo, Okubo (Tamada, 106e) – Honda. Entr. : Okada.

 Source : Le Japon tombe avec les honneurs… et le sourire

30/06/10

 

12345...8



jean's blog |
Agrocarburants, un réel inv... |
Un pékin dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Salles la Source - le lien -
| découvrir la nouvelle
| des sujets et des opinions